Home Actualités Ineos Grenadier: premières images de l’héritier spirituel du Defender

Ineos Grenadier: premières images de l’héritier spirituel du Defender

Rappelez-vous: en juillet 2016, Land Mag vous informait des projets de Jim Ratcliffe de « ressusciter » le Defender en rachetant cette appellation à Land Rover. La marque allait bien sur répondre par la négative, mais le millionnaire anglais n’allait pas jeter l’éponge pour autant. Si, à l’époque, l’idée de ce landiste convaincu de produire un 4×4 simple et rustique pouvait paraître farfelue, nous voilà 4 ans plus tard à l’heure de la présentation des premières images du Grenadier !

Faute de pouvoir appeler son 4×4 le Defender, Ineos, l’entreprise de Jim Ratcliffe, a en effet lancé un sondage pour que les futurs utilisateurs choisissent le nom du modèle. C’est finalement Grenadier, le nom du pub anglais où Ratcliffe a mûri son projet, qui a été choisi. Alors, à quoi ressemble ce Grenadier ?

Les photos publiées ce mercredi 1° juillet ne nous montrent que l’extérieur de ce nouveau 4×4, dans deux versions: Station Wagon et Pick Up à double cabine. La sensation est un peu étrange pour nous landistes: on se croirait revenu à l’époque des Santana PS10 et Iveco Massif, avec un véhicule qui fait énormément penser au Defender et pourtant s’en éloigne par une multitude de petits détails…

Le profil et les proportions du Grenadier sont indubitablement copiées de celles du Defender. D’ailleurs, Ineos a gagné un procès il y a quelques mois concernant le design du Defender originel: la justice anglaise n’a pas retenu la demande de Land Rover de « protéger » le dessin des Series, Land puis Defender. Ineos a donc pu les reproduire sans risque.

Pare-brise, angle et forme du capot, toit, vitres latérales,  calandre plate à phares ronds, arrière vertical: tout fait penser au Def ! Mais Ineos a cependant « modernisé » ou modifié pas mal de choses aussi: la porte arrière par exemple ressemble plus à ce que l’on trouvait sur certains 4×4 japonais avec un système de double ouverture. Les pare-chocs également, qui sont plus modernes et incluent des ski en aluminium. Il est plus étonnant de retrouver des « tree sliders » sur les flancs de ce premier modèle… Sans doute s’agira-t-il d’accessoires qui seront proposés en option.

Techniquement on n’a pour l’instant aucune précisions de la part d’Ineos. On a simplement appris que les ponts seraient fournis par le spécialiste italien Carraro, une bonne référence. Pour le reste on en est toujours à ce qui a été annoncé ces derniers mois: le Grenadier va bénéficier d’un châssis échelle fabriqué au Portugal, d’un bloc 6 cylindres Diesel d’origine BMW, d’une transmission automatique conçue chez Steyr Puch en Autriche… Il reste donc beaucoup d’inconnues: sera-t-il un 4×4 permanent ? Quel seront ses capacités de traction ? Y’aura-t-il d’autres carrosseries disponibles ? Avec son assemblage en Angleterre, le grenadier sera en tout cas résolument européen, avec des composants venus de plusieurs pays.

Quel est la suite des événements pour le Grenadier ? « Maintenant que le design est dévoilé, nous pouvons nous concentrer sur la prochaine phase clé du développement du véhicule en testant ses compétences et sa résistance. Le programme qui nous attend est ambitieux. Nous allons mettre nos prototypes à l’épreuve dans toutes sortes de conditions et comptons accumuler près de 1,8 million de kilomètres d’essai au cours de l’année qui vient. À compter d’aujourd’hui, nous levons le voile. Le fait de pouvoir réaliser les essais “au grand jour” sans avoir besoin d’un camouflage, de blocs de mousse ou de faux panneaux est un avantage. » annonce Dirk Heilmann, le PDG d’INEOS Automotive. On est encore loin, donc, de voir le Grenadier dans les locaux d’une concession. Mais le projet de Jim Ratcliffe est en marche !

 

Réagissez !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.