Réussir sa prépa, chapitre 4 : la transmission

Organe vital de votre Land, la transmission se charge de transmettre la puissance du moteur aux roues, leur apportant ainsi leur pouvoir de traction. Selon l’usage que vous faites de votre Land ou encore suite à certaines modifications, comme une rehausse de suspension, vous pouvez être amené à la modifier, voir à renforcer ses capacités et sa résistance.

Même si ils font référence dans le monde du franchissement, Defender en tête on peut encore accroître les capacités de franchissement des Land. La puissance du moteur parvient aux quatre roues en passant par les arbres de transmission, et les arbres de roue, en ayant au préalable été relayée par les différentiels centrals avant et arrière.

double cardan 2

C’est justement en intervenant sur ces différentiels, que vous pouvez augmenter de manière significative les performances de franchissement, en leur octroyant un système de blocage. Prenons l’exemple d’un  Defender, qui avec ses quatre roues motrices permanentes, dispose de série d’un différentiel central avec blocage. En revanche, les deux autres différentiels situés à l’arrière et à l’avant ne sont pas pourvus de ce système. Il existe des dispositifs de blocage pneumatiques, électriques ou automatiques, disponibles chez les accessoiristes 4×4. Une fois enclenché, ce système solidarise les deux demi-arbres de roues d’un essieu, facilitant la progression du Land puisque les deux roues tournent à la même vitesse. Ces dispositifs sont assez onéreux, puisqu’il faut compter environ 1 200 euros sans la pose pour équiper un seul différentiel. Compte tenu des grosses capacités de franchissement des Land, ils sont à réserver aux utilisateurs intensifs sur des milieux très accidentés.

IMG_7681

Toujours dans le but de renforcer la résistance de votre transmission, il existe des demi-arbres de roues et des mains meneuses renforcés, supportant les contraintes engendrées par un usage tout terrain intensif. Vous pouvez également être amené à intervenir sur la transmission dans le cas d’une modification des suspensions. Ce cas de figure intervient lors de grosses rehausses, dépassant les 6 ou 7 centimètres. Dans ce cas précis, le groupe boîte de vitesses / boîte de transfert, sur lequel sont reliés les deux arbres de transmission se trouve rehaussé dans la même mesure que celle apportée aux suspensions. De ce fait, l’angle formé par l’arbre de transmission sortant de la boîte de transfert et allant jusqu’au nez de pont s’en trouve augmenté.

1B7T4974 (2)

Pour les cas de rehausse extrêmes, ils seront également trop courts. Un angle trop accentué peut être à l’origine d’une casse d’arbre de transmission. Casse qui surviendra généralement sur le modèle avant, car ce dernier est plus court que le modèle arrière. Pour pallier ce genre de déconvenue, il peut être utile de monter des arbres de roue à double croisillons ou à large angle de travail. Ces arbres remplissent deux fonctions. La première est d’adoucir l’angle qui est désormais plus généreux ou formé par deux pièces et non plus une seule et de rallonger l’arbre de transmission. Si ce dernier est encore trop court, une cale peut être ajoutée. Cette partie de la préparation concernant la transmission s’adresse aux préparations extrêmes. Toutes ces modifications sont assez couteuses et leur utilité n’est requise que pour les utilisateurs intensifs, qui poussent leur Land dans leur dernier retranchement.

IMG_0667

Blocage : à utiliser avec précautions

Si l’efficacité d’un système de blocage de différentiel n’est plus à prouver, il convient cependant de l’utiliser à bon escient. Une fois enclenché, ce dispositif génère de grosses contraintes mécaniques notamment sur la direction, qu’il faut limiter sur la durée. Ainsi, ne roulez jamais sur une surface dure avec les différentiels verrouillés. Pensez à bien déverrouiller le dispositif une fois que l’obstacle est franchi. D’une manière générale, considérez le blocage de différentiel comme une aide ultime devant un gros obstacle telle une montée avec des croisements de pont ou un gros bourbier.

GLISSEMENT TRUE TRAC

Les différents systèmes de blocage de différentiel :

Le différentiel à glissement limité

Il s’agit d’un système de blocage de différentiel automatique. Ce système détecte automatiquement les différences de rotations des arbres de transmission, donc des roues. Grâce à un dispositif composé d’une vis sans fin, le différentiel à glissement limité apporte automatiquement la puissance à la roue disposant de la meilleure adhérence (roue tournant le moins vite). Ce système à la particularité d’être progressif, donc peu contraignant pour la mécanique. Son système d’action complètement automatique le qui rend accessible à tous. En revanche, le différentiel à glissement limité n’offre pas de blocage à 100 %, ce qui peut s’avérer handicapant sur les gros franchissements.

Le différentiel autobloquant

En quelque sorte, le différentiel autobloquant agit à l’inverse du différentiel à glissement limité. Il bloque en permanence le différentiel lorsque le Land roule en ligne droite. C’est lorsque que les roues tournent et qu’elles nécessitent des vitesses de rotations différentes, que par le biais d’engrenages et de disques à friction, le blocage de différentiel libère la roue devant tourner plus vite. Dès que les roues reviennent en position droite, le blocage redevient opérant à 100%. En tout terrain, l’adhérence de la roue patinant étant moindre, le blocage reste actif quasi en permanence. Ce dispositif est donc très efficace en tout terrain, mais modifie légèrement le comportement routier.

Le différentiel pneumatique

Ce système ne comporte que deux positons. Soit il laisse totalement libre le différentiel, soit il le bloque à 100%. Le blocage est obtenu par une pression pneumatique sur une couronne crantée, venant solidariser les planétaires et gommant ainsi totalement l’action du différentiel. Une fois la pression relâchée, des ressorts de rappels font reculer la couronne crantée et le différentiel est alors entièrement de nouveau en fonction. La pression pneumatique est fournie par un compresseur généralement monté sous le capot. Ce type de blocage peut être installé à l’avant comme à l’arrière.

 

Prochain chapitre : les protections.

À propos Vincent Boigey

Journaliste à Land Mag

Un commentaire

  1. ou pourrai-je voir les réponses à mes questions ?

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*