Range Rover V8 : le GPL vaut-il le coût ?

Le GPL reste actuellement la seule solution légale et éprouvée pour réduire le coût de fonctionnement des moteurs à essence, et notamment des blocs V8. Le coût de son installation et de son fonctionnement en font-ils toujours un concurrent sérieux du Gazole ?

Il suffit d’écouter un Range Rover démarrer à un feu rouge, et ce quel que soit son âge, pour identifier immédiatement sa motorisation. Le grondement de félin des V8 Anglais est en effet reconnaissable entre tous, et reste infiniment plus agréable à entendre que n’importe quel moteur Diesel, fut-il lui aussi muni de 8 cylindre en V. L’envie de « craquer » pour un V8 à essence, aux performances de plus bien supérieures, est forcément très tentante, mais elle est immédiatement tempérée par la consommation souvent gargantuesque de ces moteurs et les perspectives de hausse de prix du carburant…

rrs10mysc08090907

Le GPL, qui depuis plus de 30 ans constitue en France le seul moyen homologué de faire baisser sa facture de carburant, est-il toujours d’actualité de nos jours ? La réponse est complexe et dépend du véhicule envisagé ainsi que de son utilisation. Les coûts d’installation et de fonctionnement du GPL dépendent tout d’abord de la technologie utilisées. La technique traditionnelle « par aspiration » est la plus économique, mais elle convient uniquement aux Range Classic (1970 – 1996) à carburateurs ou à injection, non catalysés. L’installation est peu onéreuse (environ 1500 €) mais cette technologie basique entraîne une surconsommation de l’ordre de 25%.

02rangerover1001970

Cependant, les Range Classic étant devenus des collectors et n’ayant plus vocation à rouler tous les jours, le GPL n’est peut-être pas la bonne solution pour ces véhicules, puisqu’il va dans ce cas s’amortir en 15 000 km environ, soit au minimum 3 ans d’utilisation. C’est beaucoup, et pour un 4×4 de collection il est sans doute plus simple de continuer à rouler à l’essence, car la facture sera de toute façon limitée par le faible kilométrage parcouru. En face, le Gazole (moteurs VM, 200 et 300 Tdi) reste bien sur moins cher à l’achat et à l’utilisation, mais là encore il faut relativiser en fonction de l’utilisation forcément restreinte d’un Range Classic de nos jours.

dsc_0252

Un système GPL ancien doit être éprouvé par un spécialiste…

Pour les Range modernes

La technique d’injection gazeuse séquentielle est en revanche adaptée aux V8 plus récents des Range P38 (1994 – 2001) et des premiers Range L322 (2002-2006). Si son installation est plus onéreuse (compter de 3000 à 4000 € pour un Range Rover L322 V8), la surconsommation n’est plus que de 15 % ce qui permet un amortissement en 30 000 kilomètres environ. Avec un kilométrage annuel moyen de 15 000 km le GPL permet donc de commencer à faire des économies dès la troisième année.

Pourtant, dans le cas d’un véhicule d’occasion, un facteur primordial est à prendre en compte : celui du prix d’achat du véhicule. À l’heure actuelle en France, la désaffection de beaucoup d’automobilistes envers les moteurs essence fait que les Range V8 d’occasion se trouvent à des prix très bas vu leur standing et leur kilométrage. Autrement dit, le coût de l’installation du GPL peut parfois être directement amorti par la différence de prix entre un Range V8 et son alter-ego carburant au Diesel ! Autre avantage souvent oublié, le GPL donne aussi droit dans une majorité de régions Françaises à un certificat d’immatriculation (nom officiel de la Carte Grise) moitié moins cher, voire gratuit. Les 26 ch du V8 (exemple d’un Range P38 de 4,6 l) ne coûtent donc pas plus cher que les 11 ch du bloc Diesel (Range P38 2,5 l TD).

lrrangeroverstudio206091208

Pour un Range utilisé au quotidien, le GPL est donc un investissement intéressant, puisqu’il permet de profiter des accélérations et du son mélodieux du V8 essence pour un budget global presque identique à celui  Diesel. Les caractéristiques d’inflammation du GPL permettent en outre de supprimer totalement les vibrations des blocs Anglais, ce qui creuse encore l’écart d’agrément avec les moteurs Diesel, bien plus bruyants et vibrants. Cette génération de Range est donc tout à fait apte à recevoir une installation GPL, pour un agrément de conduite inégalé et pour faire des économies.

Range-Rover-Sport-Stormer-1

Sur les Range Rover les plus récents, équipés de moteurs Jaguar-Land Rover (de 2006 à nos jours), le Diesel gagne en revanche par KO puisque ces V8 essence à injection directe ne disposent à l’heure actuelle d’aucun système GPL compatible. Les équipementiers comme le Hollandais Prinz travaillent à développer de nouvelles technologies qui puissent fonctionner avec les systèmes d’injection très perfectionnés, et d’ici quelques années il devrait donc être de nouveau possible de rouler en V8 essence Rover sans se ruiner.

Les Land au GPL en occasion

Attention à l’heure d’acheter un Land d’occasion roulant au GPL ! Il faut d’abord s’assurer qu’il est bien homologué.Son certificat d’immatriculation doit obligatoirement faire figurer les lettres « E/G » (essence / Gaz), soit en-dessous de EN (Energie) s’il s’agit d’une ancienne «carte grise», soit sur la ligne «P3» dans le cas d’un certificat récent. Mais il faut également vérifier que l’installation est toujours homologuée. C’est automatiquement le cas pour les Land équipée de la bicarburation depuis 2000. En revanche, pour ceux dont l’installation est plus ancienne, il faut contrôler que la soupape de sécurité obligatoire depuis janvier 2000 sur le réservoir de gaz a bien été installée. La présence de cette soupape est attestée par un document qui prouve la mise en conformité du réservoir. Sans ce document, le véhicule est obligatoirement recalé au contrôle technique.Tous les Land au GPL dont l’installation date d’avant 2000 doivent avoir également fait vérifier leur réservoir. Cette épreuve, qui consiste à mettre le réservoir sous pression afin de contrôler son étanchéité et le bon fonctionnement de la soupape de sécurité, doit être faite tous les huit ans. Mais ce contrôle doit dater de moins de cinq ans en cas de revente. Cette vérification qui est assez onéreuse doit vous être certifiée par le vendeur. Préférez un Land dont l’ancien réservoir a été changé pour un nouveau satisfaisant aux normes actuelles.

L’éthanol, tentant mais illégal

L’E85 que l’on trouve dans certaines stations-service en France est un mélange de 85% d’éthanol et de 15% d’essence sans plomb. Vu son faible prix, environ 90 centimes le litre, il peut être tentant de l’utiliser en lieu et place du sans-plomb habituel… Mais attention, car légalement seules les voitures homologuées Flexfuel (mention FE sur le certificat d’immatriculation) ont le droit de rouler à l’E85. Il est par ailleurs impossible d’obtenir une homologation « FE » pour un véhicule neuf ou d’occasion, même avec l’installation d’un boîtier électronique… Autrement dit, un véhicule non homologué contrôlé par les Douanes avec de l’éthanol dans le réservoir se verrait infliger une forte amende. L’installation peut aussi être un motif de non prise en charge par l’assureur en cas d’accident ! De plus, les moteurs Flexfuel sont conçus pour résister à l’effet corrosif de l’alcool sur les pièces en caoutchouc, ce qui n’est pas le cas des blocs prévus pour rouler au sans-plomb.

 

Le HHO, bricolage miraculeux ?

Le HHO est un gaz (version monoatomique de l’hydrogène et de l’oxygène gazeux, également appelé gaz de Brown) qui, injecté dans les cylindres, est sensé améliorer la combustion de l’essence. Ce gaz est généré à partir de l’électrolyse de l’eau. Tout d’abord diffusés (et commentés) sur Internet, les systèmes HHO sont maintenant également vendus par des garages spécialisés. Ils impliquent l’installation d’un générateur de gaz et éventuellement d’un boîtier gérant l’admission électroniquement. Il est malheureusement difficile de faire la part du vrai et du faux parmi les économies de carburant (entre 20% et 30% !) annoncées par les installateurs et les clients dans les forums. Enfin, comme toute modification non homologuée, le HHO peut poser problème avec l’assureur du véhicule, qui peut se rétracter en cas d’accident grave.

Quel coût aux 100 km ?

Range Classic 300 Tdi      17,5 euros

Range Classic V8 3,9 l GPL         22,5 euros

Range P38 2,5 l TD 16,5 euros

Range P38 V8 4,6 l GPL     21,5 euros

Range L322 TDV8 3,6 l 14,5 euros

Range L322 V8 4,4 l GPL   15,5 euros

Range Sport 1 TDV6 3,0 l  16 euros

Range Sport V8 4,4 l GPL  15 euros

À propos Vincent Boigey

Journaliste à Land Mag

5 plusieurs commentaires

  1. Et si comme moi, vous avez la chance d’habiter pres de la Belgique, avec un GPL ce matin a 0,229 a Hertain9! La question de rouler au gaz ne se pose meme plus !

  2. Bonjour,
    Pourquoi ne pas monter le véhicules au gaz gnc moi je possède un discovery 3 au gaz de ville V8 modèle 2005 ça marche top et en plus je peu aller dans tous les parking meilleures salutations

  3. Les Range GPL ont une vignette Crit’Air 1, quelque soit leur année de production.

    Pratique pour entrer en ville 😉

  4. j’ai un range 4.2sc
    en 2014 montage gpl prins
    catastrophe
    sieges de soupapes
    infection du calculateur essence denso par le calculateur gpl
    des defauts par dizaines
    demontage du gpl en 3.2018 defauts toujours la
    tribunal

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.