Une passion couronnée

La Reine Elisabeth II est décédée dans la soirée du jeudi 8 septembre 2022. Si l’Histoire retiendra la vie édifiante d’une monarque figure de son siècle, les passionnés de Land Rover garderont avec eux le souvenir d’une personnalité politique de premier rang qui partageait leur amour pour les Land Rover. Mieux, elle fait partie intégrante du passé de la marque.

Dans la soirée de jeudi dernier, il a fallu dire adieu à la landiste la plus célèbre du monde. Bien sûr, l’histoire ne retiendra pas l’amour de feu la Reine Elisabeth II pour les 4×4 anglais. Mais c’est pour cela que nous sommes là. Land Rover et la famille royale britannique, c’est une relation qui a commencé très tôt. Si la production de 4×4 par le groupe Rover a, comme on le sait, débuté en 1948, l’une des premières commandes enregistrées pour le compte de la famille royale remonte à la même année. Le roi George VI a en effet reçu la 100ème Series I produite et l’a montrée à sa fille âgée de 22 ans, qui n’était du coup pas encore reine. Ce geste pourrait surprendre, mais il faut bien se rappeler que, sous le nom d’Elizabeth Windsor, elle servit à la fin de la Seconde Guerre mondiale à l’Auxiliary Territory Service, à partir de février 1945. Cette branche formait des canonniers anti-aérien, des opérateurs radio, des conducteurs et des mécaniciens. Et c’est dans cette dernière activité qu’elle opéra, apprenant à démonter et réparer des moteurs, changer des pneus, conduire des Jeep, des camions et des ambulances.

La Reine en 1954 en passage de revue du navire de guerre HMS Albion et de son équipage. Photo Land Rover

Dès 1951, le roi accorda à Land Rover un mandat royal. Ce sceau, que l’on trouve par exemple encore dans les brochures et manuels de Land Rover et Jaguar sous forme d’armoiries, exprime la reconnaissance de la famille royale envers l’entreprise qui l’équipe, et autorise celle-ci à en faire la promotion. En 1953, plusieurs des toutes premières Series I 86 pouces furent achetées à l’initiative de Lord Mountbatten, le mari de la reine depuis 1947. L’une d’entre elles, immatriculée NXN I, fut utilisée lors de la cérémonie de couronnement de la toute jeune reine Elisabeth II. La suite est connue. A chaque déplacement, que ce soit dans un pays du Commonwealth ou ailleurs, un Land Rover spécialement adapté aux parades royales accompagnait la monarque. Le service Special Vehicles de Land Rover se mettait en quatre pour satisfaire ses besoins : barre de maintien, sortie d’échappement déportée, strapontins latéraux rembourrés et en cuir, parapluies intégrés, etc. Citons également leur grand signe distinctif, à savoir la teinte exclusive « Royal Claret » des véhicules officiels de la couronne.

Des Series II (à gauche) et I (à droite) « Royal Review », avec leur teinte « Royal Claret »
exclusive relevée du traditionnel liseré rouge. Photo Land Rover

La Reine a évidemment évolué en même temps que la gamme de Land Rover, passant des Series aux Range Rover Classic. Sur le plan personnel, l’un des Land au volant duquel on l’a le plus vue, notamment grâce à l’inévitable presse people, est son Land Rover 110 V8 3,9 l de 1983, immatriculé A 444 RYV. Peint en vert foncé avec un intérieur cuir assorti, c’était son véhicule de prédilection quand il s’agissait d’arpenter les pistes de ses différents châteaux. Mais, au début des années 2000, les Range L322 ont aussi eu ses faveurs. En 2016, pour fêter ses 90 ans, elle fit une de ses dernières grandes apparitions publiques à l’arrière d’un Range Rover L405 hybride lui aussi transformé en « Royal Review ». A l’heure actuelle, on ne sait pas encore si la marque à l’ovale vert va jouer un rôle aussi important dans ses funérailles que pour celles du Prince Philip. Le Defender 130 qui emporta la dépouille de ce dernier au printemps 2021 n’a laissé aucun landiste indifférent.

Article précédentTerrafirma sort son nouveau catalogue
Article suivantDefender « 75 ans », toujours vert