Actualités New Range Rover Sport : à quoi s’attendre ?

New Range Rover Sport : à quoi s’attendre ?

345

Le 10 mai prochain, Land Rover va dévoiler la troisième génération de son Range Rover Sport. Ce véhicule a une place à part dans la gamme du constructeur anglais, et notamment en France, où il représente toujours des ventes importantes. Il est donc capital pour la marque de Solihull que ce restylage poursuive la réussite commerciale du modèle. Alors, à quoi peut-on s’attendre ? Land Rover a diffusé en amont des photos révélant des détails intérieurs et extérieurs du 4×4. Et, sans surprise, on se rend compte que le département du design a suivi le même chemin que pour le restylage du Range Rover, commercialisé tout récemment. Il semble s’agir en effet d’une évolution très conservatrice du style de l’actuelle version du Range Rover Sport, tout en rondeurs et en lignes tendues. Mais, comme dans le cas du L460, la polisseuse esthétique est passée par là. Les poignées de porte deviennent escamotables, comme l’ont montré les différentes mules surprises aux quatre coins du monde ces derniers mois. On peut anticiper que la ceinture de caisse devienne plus marquée, à la façon de ce que le Range Rover Velar a introduit dans les codes du design de Land Rover. Mais, toujours dans la droite lignée du Range Rover L460, le Range Rover Sport devrait grandir dans tous les sens, sans toutefois atteindre les 5 m de long de son grand frère, afin de préserver son dynamisme.

L’habitacle montre le même genre d’évolutions que celui du nouveau Range Rover. ©Land Rover

Le détail de l’intérieur publié montre, lui aussi, une quête de l’épure, avec peu d’interrupteurs apparents et des molettes multifonctions. Ce même cliché montre que, comme le nouveau Range Rover, le Discovery et le Range Rover Velar, le nouveau Range Rover Sport va hériter d’un imposant sélecteur de rapports. Adieu donc l’ergonomique levier de la précédente génération, plus en phase avec l’identité du Range Rover Sport, à moins qu’il ne soit réservé qu’à la future version SVR du modèle. Car, côté moteurs, on peut s’attendre à du dynamique. En plus des blocs Ingenium 3,0 l six cylindres en ligne essence et Diesel, le V8 4,4 l d’origine BMW étrenné sur le Range Rover, offrant déjà 530 ch, devrait ici connaître une version encore plus pêchue. Si le navire-amiral de Land Rover est de série doté de roues arrière directrices, rien ne permet encore de supposer que ce sera le cas pour le Range Rover Sport. Cela serait malgré tout logique, ne serait-ce qu’en option, compte tenu de ses prétentions dynamiques. La dotation technique dédiée au tout-terrain ne devrait pas être très surprenante, avec le Terrain Response et sa bardée d’aides électroniques, le blocage de différentiel arrière en option et l’assistance des caméras embarquées.

Les lignes resteront fluides et tendues, mais encore plus lisses. ©Land Rover

Cet aspect reste cependant le point fort du véhicule par rapport à une concurrence qui l’a mis bien loin de ses priorités. Si Land Rover a fait l’effort de conserver une capacité de traction à 3,5 t sur la majorité des versions (sauf sur l’hybride rechargeable, comme souvent), le Range Rover Sport aura toujours une belle cote d’amour dans le monde de l’utilitaire chic (loisirs outdoor, tractage de vans à chevaux, de plateaux pour autos ou motos, etc.). Comme ces prédécesseurs, le nouveau Range Rover Sport sera le Range Rover « des moins riches », offrant des prestations et un niveau de raffinement presque similaires pour des prix qui devraient débuter à environ 90 000 euros, soit 30 000 euros de moins que le L460.