Présentation du Range Rover Velar : retour vers le futur

Land Rover l’annonçait depuis quelques semaines, le voici enfin révélé officiellement : le Velar, quatrième membre de la famille Range Rover, est né ! Avec un design à la fois proche et différent du reste de la gamme : ligne acérée, calandre profilée, surfaces vitrées effilées… Le Velar se veut dynamique tout en gardant le « chic anglais » cher à Land Rover en matière de style. Et le plus moderne des Range prend paradoxalement le nom de Velar, utilisé en 1969 pour les prototypes du premier Range…

Question style, le Velar mêle donc le classique (lignes horizontales, toit flottant, ligne de ceinture marquée, …) et les nouveautés : phares full LED, poignées de portes déployables, profil aérodynamique avec une hauteur de toit limitée (les mesures précises ne sont pas encore connue actuellement), jantes de 22 pouces. Si on reconnaît immédiatement qu’il appartient à la famille Range Rover de l’avant ou de profil, la partie arrière est plus originale, avec un bandeau sombre qui accueille les phares très fins et un « cintrage » très marqué. Placé entre l’Evoque et le Range Sport, le Velar vise donc une nouvelle clientèle qui recherche un SUV pas trop imposant mais capable de transporter confortablement 4 ou 5 personnes. Mais qui veut tout de même se différencier des « autres » SUV allemands ou japonais par un style à part !

Il faudra prendre place à bord pour voir si d’autres caractéristiques propres aux Range Rover (hauteur d’assise, place à bord) ont elles aussi été respectées ou si, là aussi, le Velar change la donne. Les photos de son habitacle surprennent plus que celles de son extérieur : si on retrouve là aussi pas mal de traits communs avec ses grand-frères (ligne horizontale qui parcours la planche de bord, console centrale large et imposante, cuir partout, volant multifonctions, …) il innove franchement avec une dotation technologique totalement nouvelle ! Le nouveau système Touch Pro Duo comprend en effet deux écrans tactiles haute définition de 10″ : celui du haut, déjà présent sur les modèles actuels,  pivote afin d’être plus facilement accessible, et celui du bas permet de piloter les équipements de confort: climatisation, sièges, options d’ambiance à bord… Il prend l’aspect d’une tablette et apporte réellement du nouveau en terme de design mais aussi d’interface pour les passagers.

Le Velar s’inscrit bien entre le Range Rover Evoque et le Range Sport en termes de caractéristiques techniques : il sera disponible avec six motorisations allant du Diesel Ingenium de 180 ch jusqu’au V6 3,0 litres essence Supercharged développant 380 ch. Dans le détail on trouvera donc également sous son capot l’Ingenium de 240 ch et le TDV6 de 260 ch en Diesel, et les futurs 4 cylindres Ingenium essence, disponibles en deux versions de 250 et 300 ch. Ces deux blocs sont de vraies nouveautés que nous sommes impatients de pouvoir essayer ! Aucun V8 d’annoncé pour l’instant, mais qui sait… Cela fait en tout cas une large palette de moteurs, qui seront tous servis par la très bonne boîte automatique à 8 rapports de chez ZF. Celle-ci ne devrait pas en revanche se voir secondée par une gamme de rapports courts : de ce point de vue, le Velar est plus proche de l’Evoque que du Range Sport.

Pour ce qui est des suspensions, on retrouve le caractère ambivalent du Range Sport (et du nouveau Discovery d’ailleurs) avec une suspension « classique » à ressorts hélicoïdaux sur les motorisations de base, et la suspension pneumatique pour les modèles à 6 cylindres. Le Velar gardera tout de même le dessus sur ses concurrents en tout terrain grâce à quelques caractéristiques-clés : meilleure garde au sol de sa catégorie (25,1 cm ou 21,3 cm avec les ressorts hélicoïdaux), meilleure profondeur de passage de gué (65 cm ou 60 cm avec les ressorts hélicoïdaux), et bien entendu le Terrain Response 2 et le contrôle de progression en tout-terrain (ATPC). Le Velar reprend aussi à ses aînés le système de transmission intégrale Driveline Dynamics et le blocage actif du différentiel arrière en option. Comme on pouvait s’y attendre, il ne change donc pas par rapport aux autres Range sur ce plan, mais pourra garder grâce au savoir-faire de Land Rover une bonne avance sur la concurrence.

Côté finition et tarifs, la gamme Velar et Velar R-Dynamic comprendra des versions Standard, S, SE et HSE. Il sera également possible d’opter pour différents packs Design pour un look encore plus distingué. Le plus exclusif de tous sera le Velar First Edition qui sera disponible dans le monde entier, mais seulement le temps d’une année modèle. Encore plus luxueux que la version HSE, ce modèle ne recevra que les moteurs essence et diesel 3,0 litres, un intérieur tout cuir en complément des sièges en cuir perforé Windsor Nimbus ou Ebony, un système Signature Sound Meridian de 1600W, des projecteurs matrix-laser-LED et des jantes à branches doubles de 22’’. Une version assez exceptionnelle donc, pour les débuts du Velar. Le reste de la gamme sera disponible en France mi-juillet 2017 à partir de… 57 500 €.

Ce positionnement tarifaire et sa taille (son empattement de 2,874 m est très proche des 2,923 m du RRS et assez éloigné des 2,66 m de l’Evoque) montrent bien que ce nouveau Range, s’il s’insère officiellement entre l’Evoque et le Sport, penche tout de même un peu plus vers le Range Rover Sport… dont les prix démarrent à 67 500 euros avec un moteur plus puissant. Le choix entre les deux modèles pourra donc a priori être difficile car ils partagent beaucoup de caractéristiques communes. Quand aux spécificités du Velar (moteur essence Ingenium, console centrale à écran 10 pouces) on peut imaginer qu’elles seront rapidement disponibles aussi sur le Range Sport.

Le lancement du Range Rover Velar démontre en tout cas la volonté de Land Rover de tout mettre en œuvre pour devenir à terme un constructeur d’envergure. Alors que sa gamme n’a compté de 1948 à 1970 qu’un seul type de véhicule (les Series , il est vrai déclinées en plusieurs carrosseries), puis deux à partir de 1970 avec l’arrivée du Range Classic, puis trois avec le Discovery en 1989, voilà que Land Rover multiplie les modèles, à l’instar des autres marques premium ! Cette multiplication soudaine a une explication technique simple : tandis que le dernier Discovery reprend presque intégralement la base du Range Rover L405, ce nouveau Velar est lui basé sur le châssis -pardon, la plateforme- de la Jaguar F-Pace, avec qui il partage en outre moteurs et transmissions. Mais pas le design, ce qui permet à JLR de commercialiser deux véhicules très différents d’aspect. Sans boite courte et avec ses pneus taille basse, il y a peu de chance que ce nouveau Velar intéresse les landistes, mais il peut en revanche attirer de nouveaux clients vers les 4×4 de l’ovale vert, au bénéfice de tous les passionnés !

 

À propos Vincent Boigey

Journaliste à Land Mag

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*