Contrôle Technique 2018 : ça va se corser

Si le Contrôle Technique obligatoire a régulièrement évolué depuis sa mise en service en 1986, les nouvelles procédures de contrôle qui vont être mises en place en 2018 vont clairement rendre la vie plus compliquée pour les landistes. Les obligations de contre-visite vont se multiplier et une immobilisation des véhicules est même envisagée…

C’est la mise en conformité du Contrôle Technique « à la Française » avec les normes européennes déjà en vigueur dans la plupart des autres pays qui va provoquer ces nombreux bouleversement l’année prochaine. Les landistes belges ou Suisse le savent bien : les landistes français bénéficiaient jusqu’à présent de l’examen du Contrôle Technique français le plus « permissif » d’Europe. Les autorités françaises ont en effet attendu le plus longtemps possible pour se mettre au niveau des modalités du CT Européen… mais la mise à niveau risque d’être du coup assez brutale !

En effet, la liste des points soumis obligatoirement à contre-visite va s’allonger drastiquement, au point de concerner des équipements qui a priori ne concernent pas la sécurité du véhicule. Des traces de corrosion sur le soubassement du Land ? Une fuite de liquide de refroidissement, de freinage/direction ou d’huile moteur ou de boîte ? Une mauvaise fixation du câblage électrique ou un lave-glace qui ne marche pas ? Tous ces défauts entraîneront en 2018 une contre-visite obligatoire, et donc une obligation de réparation. Pour les Land modernes, n’importe quel témoin allumé au tableau de bord (diagnostic moteur, mais également ABS ou Airbag…) se verra également sanctionné par une contre-visite. Une pièce de carrosserie trop saillante sera également sanctionnée de la sorte. Quel sera alors le jugement du contrôleur face çà un pare-chocs renforcé ?

Mais le fonctionnement des moteurs est également dans le viseur. Il semble que les mesures d’opacité des fumées des véhicules Diesel vont être modifiées, et les seuils de tolérance rabaissés. Il faut dire qu’à l’heure actuelle moins de 1% des véhicules Diesel sont recalés pour cause d’opacité excessive des fumées. Avec cette nouvelle méthodologie (qui implique une « accélération franche » pendant le test) et ces nouveaux seuils, près de 15% des véhicules Diesel pourraient cette fois être sanctionnés par une contre-visite obligatoire, et donc un passage chez le mécano.

Un Land bloqué à cause de fuites ?

Mais ce n’est pas tout… Dans ce nouveau Contrôle Technique, certains points qualifiés de « critiques » pourront en effet mener directement à… l’immobilisation du véhicule ! Une corrosion perforante sur le châssis, des fuites excessives (goutte à goutte visible) ou la « présence de vapeurs ou de fumées dans l’habitacle » vaudra au Land concerné une autorisation de circuler réduite à une journée, le temps de rejoindre un garage compétent. Comment cela se passera-t-il dans les faits ? « Nous ne connaissons pas encore les modalités d’applications exactes ce cette immobilisation » explique notre experts ès-Contrôle Technique, Jean-François Maïa, du centre AutoVision d’Alfortville. « Tous les contrôleurs vont passer avant la fin de l’année par une formation de 3 jours et demi, contre deux jours habituellement à chaque réforme du Contrôle Technique ».

« Pour l’instant les derniers textes de loi doivent être encore signés. Mais on voit déjà que laisser une seule journée de déplacement au propriétaire est un peu compliqué quand on connait l’agenda serré des garagistes ! Et puis pour revenir passer la contre-visite, est-ce que le véhicule aura le droit de rouler ? Il est certain que ces nouvelles mesures vont être très mal perçues par les automobilistes : le prix du CT va augmenter et le nombre de Land recalé va devenir plus important. Et les Contrôleurs vont se retrouver en première ligne face au mécontentement des clients, alors que nous ne faisons qu’appliquer les règles fixées par l’administration » estime Jean-François Maïa.

 

Cerise sur le gâteau : pour les voitures de plus de 6 ans ou 160 000 kms, le contrôle technique pourrait devenir obligatoire tous les ans… Reste encore une inconnue de taille : la date d’entrée en vigueur de ces nouvelles normes : à partir du 1° janvier 2018 ou un peu plus tard dans l’année ? La réponse sera donnée par les autorités dans quelques mois. Quand on sait de plus qu’en 2019 le CT évoluera encore avec l’analyse « 5 gaz » sur l’ensemble des véhicules, qui risque de se montrer très dure avec les Land Diesel, on ne peut qu’être inquiets. Que vont devenir les véhicules « hors normes » comme les Land ? Faudra-t-il prévoir un rendez-vous chez sont spécialiste land pour le lendemain en cas d’immobilisation ? Anciens, modifiés, préparés, équipés… les premiers Land qui se risqueront au nouveau Contrôle Technique 2018 essuieront les plâtres de cette réforme. Les plus prudents choisiront peut-être de passer leur CT en avance en novembre ou décembre 2017 afin d’échapper le plus longtemps possible aux nouvelles normes européennes. (article paru dans Land Mag 145, juillet/août 2017)

 

Mise à jour septembre 2017 : Les sessions de formations des contrôleurs techniques pour le nouveau CT 2018 vont commencer dans quelques semaines. Il va donc falloir attendre le mois de novembre pour connaître les changements précis que le législateur va introduire pour le CT 2018. Il semble que les nouvelles règles ne seront pas applicables en janvier mais en mai 2018, afin de laisser le temps aux centres de contrôle et aux automobilistes de s’organiser… On vous en reparle bien évidemment dans Land Mag dès qu’on a des infos précises à ce sujet !

Article précédentSayer : un seul volant intelligent pour commander toutes les Land
Article suivantNouveau Discovery SVX : Land Rover frappe fort à Francfort !