Essais Essai : Le Land Rover Discovery Sport en tout terrain

Essai : Le Land Rover Discovery Sport en tout terrain

3453

Après avoir testé le Discovery Sport dans la neige islandaise puis les chemins franciliens, nous avons confronté le petit dernier de Solihull aux pistes auvergnates lors du Landrauvergne. Le Disco Sport est-il le digne héritier du Freelander 2 en tout terrain ? Réponse dans ce test mené avec l’équipe du Land Rover Experience.

L’occasion était trop belle pour la laisser passer. Lors du Landrauvergne -il y a seulement quelques semaines- l’équipe du Land Rover Experience étrennait ses deux Discovery Sport flambants neufs sur la zone dédiée aux SUV, une belle prairie en dévers avec croisements de ponts, « grimpettes » dans la terre et quelques descentes abruptes. Avec la complicité de Gilles Espinoza et de Bruno Arnoult nous avons donc poussé le dernier-né de Solihull dans ses retranchements afin de vérifier ses réelles capacités en tout terrain.

DSC_0077mod

Bien entendu, le Disco Sport n’est ni un Defender ni un Discovery 3 ou 4, qui chacun dans leur genre sont des franchisseurs assez exceptionnels. Ce SUV de 4,60 m, qui peut accueillir jusqu’à 7 passagers, cherche avant tout à transporter en toute sécurité et toute l’année une famille avide d’aventure, qui peut avoir besoin occasionnellement de vraies capacités en tout terrain pour s’évader ou pratiquer des sports extrêmes… Le Discovery Sport doit donc être jugé à l’aune de ce type d’utilisateurs mais également de ses concurrents. Sur le papier, le Disco Sport souffle le chaud et le froid : capacités « physiques » un peu en berne d’un côté, boîte automatique à 9 rapports et nouvelle suspension arrière de l’autre.

+DSC_0129mod

Une fois sur le terrain, nos appréhensions ont pourtant bien vite disparu quand nous sommes partis sur les traces d’un Defender. Premier obstacle : un beau dévers d’environ 40°que le Disco Sport a effacé sans encombres. Ensuite, une côte avec de petits croisements de ponts a là encore été franchie sans problème et surtout en souplesse. La conduite d’un SUV sans boîte courte et avec une garde au sol limitée impose en effet de respecter à la lettre la devise du Land Rover Experience, «aussi lentement que possible et aussi vite que nécessaire ». L’absence de rapports courts impose seulement parfois d’emballer un peu le moteur afin d’arriver avec une certain élan sur l’obstacle.

DSC_0100mod

Les difficultés que nous avons ensuite rencontrées sur notre parcours pendant une bonne heure ont elles aussi été « avalées » sans coup férir par le Discovery Sport : croisements prononcés, pentes abruptes et glissantes, longues montées dans la terre pulvérulente, … La sècheresse du terrain nous a d’ailleurs permis de constater le travail toujours plus précis du Terrain Response quand la traction devient aléatoire. Là où la transmission de certains Defender ou Range Classic soulevait des nuages de poussière en grattant le sol, le Disco Sport grimpait sans presque projeter de terre.

DSC_0084mod

Cette « magie » de l’électronique lui permet en fait de compenser ses débattements très limités, du fait d’une suspension indépendante avant tout pensée pour le bitume. Avec seulement deux roues en contact avec le sol, même avec une adhérence moyenne, le Disco Sport avance inexorablement, comme un Land classique équipé de deux blocages de ponts… Il est en tout cas impressionnant de constater que les ingénieurs de chez Land Rover ont amélioré les réactions du Terrain Response, qui sont plus rapides et plus précises que sur le Freelander 2.

DSC_0073mod

Pourtant, contrairement à ce que pourraient penser des landistes purs et durs, les aides électroniques ne font pas tout et si elles pardonnent certaines erreurs de pilotage, les angles de franchissement limités du Disco Sport imposent de faire bien attention où l’on met ses roues sous peine de frotter voire d’arracher les pare-chocs. Une petite marche en pierre nécessitera d’ailleurs deux essais avant d’être franchie, les pneus à flancs minces du Disco Sport n’étant pas de bons alliés dans cet exercice…

+DSC_0089mod

Cet essai nous a permis de confirmer que, comme tous les véhicules de la gamme actuelle de Land Rover, à l’exception notable du Defender, le Discovery Sport dispose de capacités en tout terrain bien supérieures à ce que nécessitent la grande majorité de ses utilisateurs dans la vraie vie. Qui peut le plus peut le moins comme on dit : confronté à un chemin boueux ou à une surface enneigée, même avec de bons dénivelés, le Terrain Response apportera presque à chaque fois la bonne solution, à condition bien entendu que le conducteur sache où mettre ses roues et comment doser la pédale de droite…

+DSC_0031