Essais Prépa : les Def Bowler du Defender Challenge

Prépa : les Def Bowler du Defender Challenge

925

La société britannique Bowler Motorsport a transformé de simples Defender 90 hard top 2,2 l TD en véritables bolides de course pour le Defender Challenge, un circuit de rallyes tout terrain organisé au Royaume-Uni en partenariat avec Land Rover et créé spécialement pour ce véhicule étonnant appelé tout naturellement Bowler Defender Challenge.

Quand Land Rover et Bowler Motorsport ont annoncé en 2012 l’officialisation de leur partenariat, la seule différence marquante a été l’apparition de quelques autocollants « Land Rover Powered » sur les bolides de course conçus par Drew Bowler dans son atelier du Derbyshire. Heureusement, les deux entreprises avaient une idée derrière la tête, qui s’est concrétisée avec la création, il y a un an, du Defender Challenge, un circuit de rallyes sur terre britannique à part du championnat et sensé préparer des pilotes à d’autres épreuves internationales comme le Dakar.

19_07_14_dc_welsh_hr_038

Pour cela Drew et ses mécaniciens ont développé un modèle de Defender très spécifiques sur la base d’un 90 hard top 2,2 l. Fort de leur expérience dans le rallye-raid ils n’ont pas cherché à améliorer les capacités de franchissement du Land, mais au contraire à le transformer en bête de course capable d’avaler les kilomètres à vitesse élevée. Cette préparation inhabituelle se remarque au premier abord grâce à d’imposantes jantes de 18 pouces blanches, fabriquées en Angleterre par le spécialiste Compomotive. Elles sont « chaussées » de pneumatiques spécifiques fabriqués par Kumho en 275/65R18, malheureusement non homologués sur route ouverte et introuvables dans le commerce ! Si la monte en 18 pouces est quasiment inexistante en France, il faut savoir qu’elle est devenue « à la mode » en Angleterre sur les Defender de luxe préparés par Twisted ou Kahn… mais avec des pneus typés route.

Land Rover Defender Challenge.  Woodpecker Stages. 30th August, 2014.  Photo: Drew Gibson

Quand on lève les yeux, on remarque sur l’aile droite de certains modèles une prise d’air de type « militaire » revisitée par Bowler. Le système est utile pour éviter au système de chauffage d’avaler de la neige ou de la boue pendant la mauvaise saison. Certaines écuries les ont par la suite retirées. De curieux blocs d’interrupteurs installés à la base du pare-brise trahissent la présence d’un équipement de sécurité anti-incendie obligatoire pour participer aux championnat anglais. En continuant le tour du propriétaire, l’œil est attiré par de superbes protections de carrosserie. Pare-chocs et bas de caisse ont été réalisés en aluminium ajouré, un design qui permet de suffisamment couvrir le Def pour ce type d’épreuve roulante, tout en évitant une prise de poids trop importante.

L’arrière n’est en revanche pas protégé et la bonne vieille traverse est à nu. Elle surplombe une imposante sortie d’échappement là encore non homologuée, de même que la ligne d’échappement dans son ensemble avec ses 3 pouces de diamètre et aucun catalyseur. Les vitres de ce Def respectent également les normes de la FIA avec une petite ouverture coulissante ménagée dans un « carreau » en plastique. On se croirait revenu au temps des Series ! Pour le reste de la prépa, il faut se pencher sous le cube d’alu ou entrer à l’intérieur. Commençons par le dessous, avec là encore des pièces réalisées sur-mesure par Bowler Motorsport comme le ski de protection avant ou l’anneau d’accrochage rouge bien visible.

BowlerDefender_301

Si la transmission dans son ensemble (boîtes de vitesses et de transfert, différentiel central et arbres) est identique à l’origine, les techniciens de Bowler ont particulièrement soigné la suspension. Elle est assurée par des amortisseurs Bilstein à bonbonne séparée, aux réglages de compression et de détente spécifiques associés à des ressorts en acier fabriqués spécialement pour Bowler en Angleterre. À l’arrière ces ressorts sont même « doublés » avec un ressort plus petit inséré dans le ressort principal comme sur les Def 130 ou 110 HCPU afin d’assurer une meilleure efficacité. On est plus proche des montages de « raideurs » qui cherchent de la fermeté que de ceux des « franchisseurs » qui veulent un maximum de débattement. Des sangles anti-débattement sont également présentes à l’arrière.

_w7t7462

Avant d’entrer dans l’habitacle, un coup d’œil sous le capot permet de… ne pas voir grand-chose ! Bowler Motorsport a pourtant ajouté une cinquantaine de chevaux supplémentaires au 2,2 l TD d’origine Ford et la préparation en grande partie « électronique » permet à ce modèle de développer 170 ch en « standard ». Cette prépa moteur apporte également 90 Nm de couple supplémentaire (450 Nm). Pour ceux qui en veulent un peu plus le spécialiste Anglais peut aller jusqu’à 185 ch et 515 Nm !

Le 2,2 l TD d'origine a été fortement retravaillé par Bowler.
Le 2,2 l TD d’origine a été fortement retravaillé par Bowler.

Pour s’installer au volant il faut avant tout enjamber la barre transversale de l’arceau maison, qui répond lui aussi aux normes de la Fédération Internationale de l’Automobile. Une fois assis dans les baquets, on découvre une planche de bord assez peu modifiée : le volant d’origine a été remplacé par un modèle de compétition recouvert d’Alcantara qui accroche bien, mais le bloc de compteurs est identique au Def d’origine. Toujours pour des questions de sécurité, le cubby box a cédé la place à deux extincteurs, un à main et un automatique. Sur la console centrale ont été rajoutés les interrupteurs du coupe-circuit et des extincteurs et, devant le copilote est installé sur une console sur-mesure un superbe Terratrip 303.

BowlerDefender_291

L’arceau qui se croise au milieu du toit sert de support au système de communication Peltor entre le pilote et le copilote. À l’arrière trône entre les tubes de l’arceau une roue de secours qui vient équilibrer le poids du Defender… Ainsi équipé, ce Def de course se révèle être une fantastique machine à rouler, moins nerveuses certes que les « plates » préparées mais capable d’avaler sans broncher les pistes les plus défoncées à haute vitesse. Le Defender Challenge permet également a des écuries anglaises de découvrir le pilotage façon rallye-raid, ce qui nous fait espérer que des Defender viendront encore s’aligner dans les années à venir dans les épreuves internationales comme le Dakar ou l’Africa Eco Race.

Previous articleBen Ainslie et Land Rover BAR raflent la victoire à l’America’s Cup
Next articleTest pneumatique : le BF Goodrich Mud Terrain T/A KM2